Menu

Un sprint et du dégât
17 août 2021

Le Tour de l’Avenir en est pour l’instant au stade où il révèle les futurs talents inspirés par la plaine. Maillot jaune depuis dimanche et le contre la montre par équipes remporté à Laon par la sélection des Pays-Bas, Mick Van Dijke appartient à une nouvelle génération néerlandaise qui s’annonce prometteuse.

Le Britannique Ethan Vernon est un autre specimen appelé à briller dans ce compartiment du jeu, car le sélectionné olympique en poursuite par équipes (7e à Tokyo) a conclu victorieusement le sprint massif qui laissait en présence une bonne soixantaine de coureurs dans la longue ligne droite d’arrivée qui ponctuait à Bar-le-Duc (Meuse) la plus longue étape (183,9 km) de cette édition.

Ethan Vernon (GBR) s’impose au sprint à Bar-le-Duc.

La traversée de la plaine de la Brie (lundi) et des étendues de la Champagne, ce mardi, n’auront pas été sans conséquence car la succession des chutes ces jours derniers a singulièrement éclairci les rangs des favoris. Après le chef de file de la Belgique, Henri Vandenabeele et le Norvégien Sören Waerenskjold, premier leader de l’épreuve (vainqueur du prologue et de la 1e étape) contraints à l’abandon, c’était au tour de l’Espagnol Juan Ayuso, touché à l’épaule, de quitter la course dont il s’annonçait comme le grand favori sur la foi de son récent succès au « Baby Giro ».

Le Tour de l’Avenir s’annonce donc particulièrement ouvert, et l’approche des premiers reliefs, dès jeudi dans le Jura, puis vendredi au Grand Colombier avant le week-end alpestre, permettra d’établir une nouvelle hiérarchie. En attendant, la séquence de plaine s’achève ce mercredi entre Tomblaine et Bar-sur-Aube (159,5 km), et cette ultime occasion pour toute une catégorie de coureurs sera chèrement disputée.

Retour en haut