Menu

Rouleur norvégien
13 août 2021

Sans doute faut-il d’ores et déjà retenir son nom, même s’il faudra probablement quelque temps pour savoir le prononcer correctement. Le Norvégien Sören Waerenskjold (avec le a dans le … e pour l’orthographe) était le dernier des 174 concurrents (29 équipes de 6 coureurs) à s’élancer dans le prologue de Charleville-Mézières mais c’est bien lui qui est le premier leader du Tour de l’Avenir.

Agé de 21 ans, le coureur de la formation Pro Team Uno-X pouvait se réjouir du retour du prologue sur le Tour de l’Avenir, un exercice qui n’avait plus cours depuis six ans sur le « Tour de France des jeunes ». Manifestement, Sören Waerenskjold s’annonce comme un grand spécialiste, puisque ce solide gabarit qui employait un plateau de 58 de dents pour parcourir les 5 kilomètres à 51,1 km/h. de moyenne, avait déjà remporté le prologue de la Course de la Paix, l’autre grande épreuve par étapes de référence pour les moins de vingt-trois ans. Il s’avançait en quelque sorte en favori et n’a pas manqué son coup. « C’était mon objectif, a-t-il reconnu, et maintenant c’est d’essayer de garder ce maillot jaune quelques jours. »

D’une manière générale, le prologue couru par une fin d’après-midi estivale sur les bords de Meuse a confirmé l’impressionnant réservoir de rouleurs dans les pays nordiques, puisque le Norvégien précède un Danois, Johan Price Pejtersen d’environ une seconde et demie, et deux Néerlandais, Mick Van Dijke et Daan Hoole.
Le grand espoir australien Lucas Plapp, médaillé de bronze en poursuite par équipes aux J.O. de Tokyo s’est contenté du 8e temps et le champion de France du chrono amateur et espoirs, Kevin Vauquelin, est le meilleur tricolore (11e). Quant à l’Espagnol Juan Ayuso, considéré comme l’un des favoris pour la victoire finale, il a bien résisté aux purs rouleurs (15e à 15 secondes).

La séquence de plaine se poursuit ce samedi avec la première étape Charleville-Soissons (161,2 km) avec un final qui comprend deux côtes dans les 25 derniers kilomètres qui pourrait inspirer les puncheurs.

Retour en haut