Menu

Parfaits jumeaux
19 août 2021

La domination des pays nordiques sur le Tour de l’Avenir s’est poursuivie sur un mode insolite à l’issue de la première étape à caractère montagneux. Deux frères jumeaux aux deux premières places ! La victoire pour Anders Johannessen, de justesse devant son frère Tobias. Les deux frères norvégiens, qui auront 22 ans au lendemain de l’arrivée du Tour de l’Avenir, ont émergé du sprint qui laissait encore en présence un peloton important (une quarantaine de coureurs ) dans la côte d’arrivée à Septmoncel, malgré les quatre ascensions au programme à travers le massif du Jura et notamment la longue montée de La Combe du Lac. Celle-ci avait condamné l’échappée du jour au sein de laquelle le jeune kazakh Nicolas Vinokurov, l’un des fils de l’ancien champion olympique, engagé sur l’épreuve avec son frère jumeau Alexander – décidément ! – avait dû capituler.

Les effets de cette première journée montagneuse ont néanmoins été atténués par la décision des organisateurs de supprimer la deuxième boucle finale initialement prévue autour de Septmoncel, pour ramener la distance à 111 kilomètres. Une certaine mansuétude dictée depuis la veille au soir par l’état général du peloton, largement éprouvé après la succession des chutes des premiers jours, le temps maussade qui s’est enfin éclairci un peu sur le Jura, et surtout en considération d’un certain nombre d’équipes qui déplorent dans leur effectif plusieurs coureurs indisposés (aucun cas de Covid là-dedans) et de ce fait en souffrance ces derniers jours.

Quoi qu’il en soit, le doublé fratricide norvégien, troisième succès pour leurs couleurs qui fait suite aux victoires signées par leur compatriote Sören Waerenskjold à l’occasion du prologue et de la première étape, n’empêche pas les Néerlandais de garder la main. Le Maillot jaune, Mick Van Dijke a même donné l’illusion de pouvoir l’emporter, avant d’être débordé in extremis et de se contenter d’une quatrième place qui lui permet de conserver le leadership de l’épreuve dont il est d’ores et déjà l’une des principales révélations.

Evidemment, les difficultés vont aller crescendo, et la course va vivre ce vendredi un moment clé avec l’arrivée au sommet du Grand-Colombier, redoutable préambule au week-end final dans les Alpes.

Retour en haut