Etape 4 – Français en jaune !
18 août 2019

Espalion (Aveyron) – Deuxième victoire britannique en deux jours, et troisième porteur du Maillot jaune en quatre étapes sur ce début de Tour de l’Avenir très remuant.

L’échappée du jour lancée dès les premiers kilomètres de cette 4e étape, Mauriac (Cantal) – Espalion (Aveyron), délicate à contrôler, a mené le Français Simon Guglielmi jusqu’au Maillot jaune. Le coureur de l’équipe de France, qui pointait à la 22e place à 1’23″ du précédent leader norvégien Tobias Foss, était en effet le mieux placé parmi les huit coureurs qui composaient l’échappée. Le final roulant leur a permis de conserver deux bonnes minutes, soit près de la moitié de ce qu’ils avaient compté au meilleur de la journée, d’autant que l’équipe de Grande-Bretagne, bien pourvue en sprinteurs, s’est dispensé de participer à la chasse, accordant toute sa confiance à Fred Wright qui la représentait à l’avant. Tactique payante, puisque le Britannique n’a pas manqué l’occasion et s’est imposé à Espalion, vingt-quatre heures après son compatriote Ethan Hayter, malheureusement contraint à l’abandon (fracture de la clavicule) suite à une chute dans le final.

Fred WRIGHT (GBR) remporte le sprint pour la 4è étape. Photo © Tour de l’Avenir / E. Haumesser

Quant à Simon Guglielmi, il est certes talonné directement par l’Italien Aleotti (2e à 1″) mais compte une avance plus substantielle sur les principaux favoris. Coureur complet, sans grande spécialité mais sans vrai point faible, le Savoyard, 8e du récent Tour d’Italie espoirs, évolue cette saison au sein de l’équipe continentale Groupama-FDJ. Toutefois, il n’entre pas a priori dans les plans de la formation World Tour de Marc Madiot, et son statut d’espoir « 4e année » ne lui permet pas, à 22 ans, d’envisager poursuivre sa carrière au sein de l’équipe réserve. Ce Maillot jaune qu’il peut espérer emmener jusque dans sa région d’origine pour la séquence finale en Savoie (de jeudi à dimanche prochains) met en lumière ses qualités qui pourront peut-être lui ouvrir les portes du peloton professionnel.

Simon GUGLIELMI (FRA), quatrième de l’étape, s’empare du maillot jaune. Photo © Tour de l’Avenir / E. Haumesser

La 5e étape, ce lundi entre Espalion (Aveyron) et Saint-Julien-Chapteuil (Haute-Loire) s’annonce comme l’une des plus difficiles de l’épreuve, avec 3.139 mètres de dénivelé, soit davantage que l’une ou l’autre des quatre étapes savoyardes qui mettra le peloton du Tour de l’Avenir à l’épreuve de la haute-montagne, mais sur des distances délibérément réduites.

Retour en haut
Menu