Menu

Du pareil au même
21 août 2021

Il n’y a pas que les jumeaux norvégiens Johannessen qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Les jours aussi se suivent et c’est du pareil au même. Le maillot jaune Tobias Johannessen n’a pas véritablement cherché à enfoncer le clou, mais comme au sommet du Grand Colombier, il n’a laissé aucun doute sur son actuelle supériorité. Comme le veille, il a remporté la première des deux étapes savoyardes à Saint-Jean d’Arves, par delà les cols du Chaussy et de la Croix-de-Fer, autant dire du sérieux.

Le peloton entre La Tour-en-Maurienne et Saint-Jean d’Arves

A l’inverse du Grand Colombier où il avait assommé ses adversaires, le Norvégien n’a pas véritablement augmenté l’écart, mais il a bien marqué le coup en disposant au terme de la côte d’arrivée de ses deux principaux (et derniers ?) rivaux, l’Espagnol Carlos Rodriguez et l’Italien Filippo Zana. Ceux-ci n’ont pourtant pas manqué de livrer un baroud sur les pentes de la Croix-de-Fer, en vain, car Tobias Johannessen, parfaitement secondé par son jumeau Anders, a maitrisé la situation avant de régler le trio des meilleurs. Il signe ainsi la troisième victoire d’étape norvégienne de suite après le doublé Anders – Tobias jeudi dans le Jura, puis la démonstration du maillot jaune ces deux derniers jours. Auxquels il faut ajouter les deux victoires inaugurales de Sören Waerenskjold, soit cinq succès sur neuf possibles à ce jour.

Le leader du Tour de l’Avenir Tobias Johannessen (NOR) s’impose à Saint-Jean d’Arves

Tobias Johannessen a donc accentué son option sur la victoire finale, mais rien n’est définitivement joué puisque l’étape finale, ce dimanche, place le plus haut col routier des Alpes (Iseran, 2770 mètres) sur l’itinéraire du Tour de l’Avenir avant le dénouement au col du Petit Saint-Bernard (2190 m.), soit plus de quarante kilomètres d’ascension au total.
Par ailleurs, le Britannique Thomas Gloag, victime d’un sortie de route dans la descente de la Croix-de-Fer, sans trop de conséquence heureusement, a réussi à préserver une position enviable dans le top 10 (8e).

Gijs Leemreize (NED) devant Thomas Gloag (GBR) et Matthew Dinham (AUS) dans la montée du col de la Croix de Fer.

Enfin, si l’équipe de France qui ne compte plus que deux rescapés (Axel Laurance et Aloïs Charrin) a été largement éprouvée cette semaine, les équipes régionales engagées sur le Tour de l’Avenir ont pris une part active à la course depuis le départ de Charleville-Mézières, et il est juste de le souligner à ce niveau de compétition. Certes, Louis Coqueret (Hauts-de-France – Grand est) a rendu logiquement le maillot de meilleur grimpeur qu’il portait depuis Soissons à l’Espagnol Rodriguez (également maillot blanc du meilleur jeune de moins de vingt ans), mais Alex Baudin (Auvergne-Rhône-Alpes) a mis en évidence sur le Grand Colombier (6e) ses qualités de grimpeur. Et Joris Delbove (Bourgogne-Franche Comté), déjà remarquable jeudi sur le Géant de l’Ain (11e), a fait encore mieux dans la première étape alpestre (8e). Et il a appris une chose essentielle pour sa carrière, à savoir ses réelles dispositions en montagne, ce qu’il n’imaginait pas, en tout cas à ce point.

Retour en haut